L’avenir de L’Agneau mystique

02.10.201227.06.2013

Brochure

Quatre projets d’étudiants en architecture de l’université de Gand

Au cours de l’année académique 2011-2012, un groupe d’étudiants suivant le master d’ingénieur architecte a réalisé des esquisses pour un nouvel espace éventuel destiné à accueillir L’Agneau mystique après sa restauration. En dialogue avec divers experts et parties prenantes, ils ont élaboré quatre projets qui alimentent le débat.

Le fait que le retable séculaire des frères van Eyck se trouve toujours dans l’église pour laquelle il a été conçu est une rareté séduisante. Mais la disposition actuelle dans la chapelle Villa ou baptistère de la cathédrale Saint-Bavon date des années 80 et présente des défauts à d’importants égards. En effet, elle ne satisfait pas aux exigences climatiques actuelles qui assureraient la bonne conservation des peintures. La cage actuelle en acier et en verre protège l’oeuvre contre le vandalisme, mais n’est pas étanche à l’air. Or la chapelle Villa n’est pas ventilée ni chauffée, de sorte que le flux de visiteurs quotidiens entraîne de dangereuses variations de température et d’humidité ambiante, susceptibles de fissurer les couches picturales.

La mauvaise visibilité du polyptyque constitue un deuxième problème. Dans sa cage de verre actuelle, la peinture n’est visible convenablement ni de loin ni de près et la chapelle est beaucoup trop exiguë. D’une part, il faudrait assurer une vue générale pour saisir l’interaction entre les différents panneaux et, d’autre part, permettre une vue rapprochée pour admirer les détails époustouflants. Actuellement, l’oeuvre est présentée à moitié ouverte de manière permanente, ce qui ne permet plus d’appréhender l’effet de la peinture ouverte et rend l’observation des panneaux extérieurs difficile.

Au premier abord, il semble qu’on peut résoudre ces deux problèmes en exposant L’Agneau mystique dans un musée. Cette solution permettrait d’organiser facilement l’accueil ainsi que l’encadrement pratique et informatif des visiteurs. Cependant, quelle est l’importance du lien historique qu’entretient L’Agneau mystique avec la cathédrale Saint-Bavon et plus particulièrement avec la chapelle Vijd ? Suite à d’innombrables ajouts plus récents, la chapelle Vijd n’a plus du tout la même physionomie qu’au XVe siècle et pose les mêmes problèmes pratiques que la chapelle Villa. Les quatre projets d’étudiants sortent de l’impasse musée vs chapelle Vijd. Chaque proposition opte pour un autre lieu d’exposition pour le retable et défend une alternative précise pour présenter L’Agneau mystique de manière intéressante.

Université de Gand – Département architecture et urbanisme
Résultats d’un problème particulier de théorie de l’architecture, sous la direction du professeur Bart Verschaffel, premier semestre 2011-2012. Accompagnement : professeurs Bart Verschaffel et Maarten Liefooghe, en collaboration avec les professeurs Arnold Janssens et Lien De Backer. En collaboration avec le professeur Maximiliaan Martens, le professeur ém. Anne Van Grevenstein, le chanoine Collin et l’architecte Philippe Depotter.
Curateur de l’exposition : Maarten Liefooghe.